Créer mon blog M'identifier

Juste des mecs bourrés ?

Le 26 octobre 2014, 18:39 dans Humeurs 3

Bonjour à tous, amis lecteurs !

 

Il y a deux jours, j'ai subi une tentative de viol.

 

Je marchais en direction d’un bar après une séance de ciné avec des amies à qui j’avais dit au revoir en sortant de la séance, j’en rejoignais d’autres. Deux mecs bourrés m'ont plaquée contre un mur en commençant à me déshabiller en me disant "t'aimes la queue ? T'aimes la queue ?", j'ai crié, les autres mecs/nanas bourrés de leur groupe ont ri, sauf deux qui les ont écarté vite fait en leur disant que ce n'était pas marrant, j'en ai profité pour fuir en courant. La première réaction qu'on m'ait adressée est "ça n'arrive qu'à toi".

 

Je ne blâme pas la personne qui m'a dit ça, je n'écris pas ce post pour faire du bashing. Simplement, cette réaction illustre parfaitement le manque de communication autour du viol et du harcèlement de rue. Parce que, s’il y a une chose à savoir sur ces deux sujets c’est que non, ça n’arrive pas qu’à moi, ça arrive à TOUT LE MONDE, TOUT LE TEMPS. Les femmes en particulier.

Il ne faut pas banaliser ces comportements. Donc non, ce ne sont pas « juste des mecs bourrés », ce sont des agresseurs. Les hommes qui nous insultent, nous sifflent, nous font des remarques dans la rues ne sont pas « juste des mecs lourds », ce sont des harceleurs. Les hommes qui mettent la pression à leur compagne pour avoir du sexe, qui profitent de filles qui ont trop bu, ne sont pas « juste des mecs en chien », ce sont des violeurs. Je sais, ces mots sonnent durement, ils peuvent même paraitre extrêmes, et pourtant.

 

Minimiser ces agressions n'aident pas les victimes à vivre avec, les nier encore moins. Les faire culpabiliser non plus. Combien de fois, en présence d'amis, je me suis fait insulter dans la rue à cause de mes seins et combien de fois m'a-t-on répondu "bah ouais mais avec la paire que t'as, aussi, si tu mets des décolletés..." ? Et j’ai failli le croire. Je me suis remise en question pendant longtemps. Et un jour une amie chère à mon cœur m’a expliqué que je ne suis pas responsable du comportement des autres, que je suis une victime. « Victime », ce mot est si simple et pourtant il m’en a fallu du temps pour accepter l’idée que mettre une jupe courte n’entache en rien ma personne, pas plus qu’elle donne une excuse à ces deux hommes du soir dernier.

Dire à une femme que son comportement était aguicheur, lui reprocher de ne pas avoir hurlé assez fort ou quelque autre remarque négative que ce soit n’est pas acceptable. On ne peut pas faire de reproches à une victime, jamais. Une victime n’est pas responsable de son agression, quelle qu’elle soit. Seuls les auteurs sont à blâmer, les hommes ne sont pas des bêtes sauvages ne sachant pas se retenir, ils sont autant capables que les femmes de contrôler leurs pulsions.

 

Vous savez, je pense sincèrement que si les gens prenaient la mesure du problème, s'il y avait plus de communication autour de tout ça, si les gens apprenaient comment réagir, les victimes seraient moins désemparées.

On peut pardonner l'ignorance, pas l’inaction.

Je ne suis pas quelqu'un de haineux, je ne souhaite pas que ça leur arrive pour qu'ils apprennent. Je leur souhaite simplement d'avoir un début de prise de conscience qui les pousserait à s'informer. J'espère que ce post en incitera plusieurs à le faire.

 

Je n'aurais pas dû fondre en larmes chez moi, hier soir, la peur au ventre avec un sentiment de culpabilité qui me colle à la peau alors que je sais que ce n'était pas de ma faute. Personne ne le devrait. Et le fait que ça arrive encore prouve bien qu'il y a toujours beaucoup de chemin à faire.

 

 

Voici quelques liens intéressants :

Projet Crocodiles : projetcrocodiles.tumblr.com

Je veux comprendre... la culture du viol : http://www.madmoizelle.com/je-veux-comprendre-culture-du-viol-123377

Pourquoi le viol c'est vraiment hilarant (âmes sensibles, s'abstenir) : http://www.madmoizelle.com/viol-hilarant-video-insoutenable-242930

She asked for it : https://www.youtube.com/watch?v=dzwYptfRwTg

Je connais un violeur : http://jeconnaisunvioleur.tumblr.com/

Hollaback France : http://france.ihollaback.org/

Sur ce, je vous souhaite une bonne journée et plein d'arc-en-ciels dans votre vie.

 

"Juste des mecs bourrés" ?

Le 26 octobre 2014, 18:18 dans Humeurs 0

 

Bonjours à tous, amis lecteurs !

 

 

Il y a deux jours, j'ai subi une tentative de viol.

 

Je marchais en direction d’un bar après une séance de ciné avec des amies à qui j’avais dit au revoir en sortant de la séance, j’en rejoignais d’autres. Deux mecs bourrés m'ont plaquée contre un mur en commençant à me déshabiller en me disant "t'aimes la queue ? T'aimes la queue ?", j'ai crié, les autres mecs/nanas bourrés de leur groupe ont ri, sauf deux qui les ont écarté vite fait en leur disant que ce n'était pas marrant, j'en ai profité pour fuir en courant. La première réaction qu'on m'ait adressée est "ça n'arrive qu'à toi".

 

Je ne blâme pas la personne qui m'a dit ça, je n'écris pas ce post pour faire du bashing. Simplement, cette réaction illustre parfaitement le manque de communication autour du viol et du harcèlement de rue. Parce que, s’il y a une chose à savoir sur ces deux sujets c’est que non, ça n’arrive pas qu’à moi, ça arrive à TOUT LE MONDE, TOUT LE TEMPS. Les femmes en particulier.

Il ne faut pas banaliser ces comportements. Donc non, ce ne sont pas « juste des mecs bourrés », ce sont des agresseurs. Les hommes qui nous insultent, nous sifflent, nous font des remarques dans la rues ne sont pas « juste des mecs lourds », ce sont des harceleurs. Les hommes qui mettent la pression à leur compagne pour avoir du sexe, qui profitent de filles qui ont trop bu, ne sont pas « juste des mecs en chien », ce sont des violeurs. Je sais, ces mots sonnent durement, ils peuvent même paraitre extrêmes, et pourtant.

 

Minimiser ces agressions n'aident pas les victimes à vivre avec, les nier encore moins. Les faire culpabiliser non plus. Combien de fois, en présence d'amis, je me suis fait insulter dans la rue à cause de mes seins et combien de fois m'a-t-on répondu "bah ouais mais avec la paire que t'as, aussi, si tu mets des décolletés..." ? Et j’ai failli le croire. Je me suis remise en question pendant longtemps. Et un jour une amie chère à mon cœur m’a expliqué que je ne suis pas responsable du comportement des autres, que je suis une victime. « Victime », ce mot est si simple et pourtant il m’en a fallu du temps pour accepter l’idée que mettre une jupe courte n’entache en rien ma personne, pas plus qu’elle donne une excuse à ces deux hommes du soir dernier.

Dire à une femme que son comportement était aguicheur, lui reprocher de ne pas avoir hurlé assez fort ou quelque autre remarque négative que ce soit n’est pas acceptable. On ne peut pas faire de reproches à une victime, jamais. Une victime n’est pas responsable de son agression, quelle qu’elle soit. Seuls les auteurs sont à blâmer, les hommes ne sont pas des bêtes sauvages ne sachant pas se retenir, ils sont autant capables que les femmes de contrôler leurs pulsions.

 

Vous savez, je pense sincèrement que si les gens prenaient la mesure du problème, s'il y avait plus de communication autour de tout ça, si les gens apprenaient comment réagir, les victimes seraient moins désemparées.

On peut pardonner l'ignorance, pas l’inaction.

Je ne suis pas quelqu'un de haineux, je ne souhaite pas que ça leur arrive pour qu'ils apprennent. Je leur souhaite simplement d'avoir un début de prise de conscience qui les pousserait à s'informer. J'espère que ce post en incitera plusieurs à le faire.

 

Je n'aurais pas dû fondre en larmes chez moi, hier soir, la peur au ventre avec un sentiment de culpabilité qui me colle à la peau alors que je sais que ce n'était pas de ma faute. Personne ne le devrait. Et le fait que ça arrive encore prouve bien qu'il y a toujours beaucoup de chemin à faire.

 

Voici quelques liens intéressants :

Projet Crocodiles : projetcrocodiles.tumblr.com

Je veux comprendre... la culture du viol : http://www.madmoizelle.com/je-veux-comprendre-culture-du-viol-123377

Pourquoi le viol c'est vraiment hilarant (âmes sensibles, s'abstenir) : http://www.madmoizelle.com/viol-hilarant-video-insoutenable-242930

She asked for it : https://www.youtube.com/watch?v=dzwYptfRwTg

Je connais un violeur : http://jeconnaisunvioleur.tumblr.com/

Hollaback France : http://france.ihollaback.org/

Sur ce, je vous souhaite une bonne journée et plein d'arc-en-ciels dans votre vie.

J'aime mon vagin !

Le 23 mars 2014, 14:29 dans Humeurs 1

Hello girls,

 

Il y a quelques jours, j'ai été rendre visite à un chirurgien plastique pour une réduction mammaire (parce que non, les gros lolos ne sont pas toujours ne sont pas toujours funky même si on peut exploser des pastèques avec) et j'ai donc pu consulter le catalogue des opérations qu'il propose. Liposuccion, liftings, augmentation mammaire, ... Et là, au milieu de tout ça, la labioplastie.

 

Alors, la labioplastie, qu'est-ce que c'est  ? 

Il s'agit d'une opération des lèvres (non, pas celles-ci... Oui, voilà, ces lèvres-là) afin d'avoir un sexe plus conforme à l'image qu'on nous présente un peu partout. Et c'est bien ça, le drame.

Bien souvent, la première image qu'on a du vagin, en-dehors du nôtre, vient de la pornographie ou des magazines. Et, bien souvent encore, on se compare à ce qu'on voit. Sauf que cette image est maquillée, retouchée, transformée pour que rien ne dépasse. Et inutile de compter sur l'éducation sexuelle la plus répendue qui nous dit que la masturbation, et par extension notre sexe, est sale.

Tous les sexes ne sont pas lisses et fermés de façon naturelle. En fait, il existe autant de vagins différents que de femmes. Et si ta vulve ne ressemble pas naturellement à ça, c'est normal. Certains sont effectivements comme sur les photos, d'autres sont ouverts, d'autres ont les petites lèvres qui dépassent, d'autres gardent leur poils, ... Il n'y a pas de sexe plus beau qu'un autre. Je vous invite à écouter la douce chanson de Perret sur les zizis, de remplacer le mot "zizi" par "vulve" et ça vous donnera une idée de la chose.

 

En oûtre, je rappelle quand même qu'une opération chirurgicale n'est pas à prendre à la légère. Jamais. Et j'ai l'audace de penser que l'acceptation de soit ne passe pas par la chirurgie esthétique, qu'on peut s'aimer comme on est au lieu de souffrir et de se plier en quatre pour correspondre à ce que la société voudrait qu'on soit.

La labioplastie illustre parfaitement ce fait. On nous impose une image irréaliste jusque dans notre petite culotte. On nous culpabilise jusque dans notre intimité. Oh, les filles ! C'est pas comme ça que ça marche ! C'est aux autres de nous accepter telles que nous sommes et pas à nous de nous charcuter pour être en accord avec le décord !

 

Je vous quitterai donc sur cet élan d'amour universel et d'acceptation de soit. 

Mangez du chocolat, lisez des bouquins et aimez votre vulve !

 

See you !

Voir la suite ≫